Inauguration 2014

L’inauguration de l’édition 2014 du festival s’est déroulée samedi matin, selon la coutume habituelle. Lors des six discours, les intervenants n’ont pas manqué de rappeler avec cérémonie que Visa pour l’Image, ce « rendez-vous pour nos consciences », parvenait à « combler les lacunes de notre curiosité intellectuelle. »

Après avoir évoqué quelques expositions et précisé que l’effroyable record de 58 journalistes tués dans l’exercice de leur fonction avait été atteint, Jean François Leroy a rappelé la publication du livre hommage consacré à Camille Lepage, la photojournaliste assassinée le 13 mai dernier en Centrafrique. L’ouvrage, disponible pour 10€ symboliques, servira à financer un prix lancé l’année prochaine. En une heure, plus de 100 exemplaires ont été vendus.

Mais quelle ne fut pas la stupeur de l’équipe de découvrir l’engouement ardent du public pour une exposition toute particulière : celle des traiteurs. Audacieusement présentée sur un buffet, elle aura déchaîné les foules et volé la vedette haut la main à celle des photographes Vietnamiens ou des autres travaux exposés au Couvent des minimes – certes beaucoup moins comestibles, mais pourtant tout aussi dignes de l’attention des festivaliers.

Heureusement, celles-ci restent ouvertes jusqu’au 14 septembre prochain.

Bon festival

 

The official opening of the 2014 Festival was held on Saturday morning, as is traditional.  In the course of the six speeches, we heard that Visa pour l’Image was a meeting of consciences, that it was able to fill in many gaps, and satisfy our intellectual curiosity.

Jean François Leroy cited various exhibitions and noted the terrifying record set with 58 journalists killed on the job since the beginning of the year.  He presented the book published as a tribute to the photojournalist Camille Lepage who was murdered in the Central African Republic on May 13 this year.  The book is on sale for only 10 euros and proceeds will be used to fund an award to be launched next year.  The first hundred copies were sold at the Couvent des Minimes in less than one hour.

The team was then flabbergasted to see the enthusiasm of the crowd for a one-off exhibition, the edible display set up by caterers.  The buffet design drew zealous guests, turning their backs on work by photographers from around the world, including North Vietnam, that could be seen on the walls at the Couvent des Minimes, offering food for thought rather than stomachs.

Fortunately the exhibitions remain open until September 14.

Have a great Festival.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s