Filage de Visa pour l’Image

PHOTO : Jean-Louis Fernandez – ENGLISH VERSION BELOW

Croyez-le ou non, mais Visa pour l’Image ne se fait pas en une journée, ni même en une semaine.

Jusqu’à la dernière après-midi de la semaine professionnelle, le festival n’est jamais vraiment terminé. Et ce n’est pas uniquement parce que les photos doivent être encadrées, soigneusement accrochées aux murs des lieux d’expositions ou encore parce que des centaines de légendes doivent être vérifiées, corrigées, traduites et assignées aux images correspondantes. Les soirées de projections, elles aussi, représentent sans doute la partie la plus laborieuse et chronophage de la préparation du festival.

Comme vous le savez probablement déjà : ces six soirées s’étendent du lundi au samedi de la semaine professionnelle et sont composées d’une centaine de reportages. Pour une soirée, l’équipe de réalisateurs d’Artslide doit brasser toutes les différentes histoires qu’ils reçoivent sur une année et, une fois sélectionnées, en éditer les innombrables photos. Et de choisir soigneusement la musique qui les accompagnera afin de mettre en valeur le message du reportage, sans le dénaturer ou l’étouffer. Et n’oubliez pas la production des fameux « chronos » – un résumé non exhaustif de l’actualité de l’année passée. Vous savez, ce moment avec la musique épique qui ouvre chaque soirée.

Pour accomplir tout ça, les membres d’Images Evidence et d’Artslide se réunissent tout au long de l’été. Le 31 juillet dernier, par exemple, nous étions chez eux, en Bourgogne. Et même si on aimerait pouvoir le faire, on ne peut pas encore révéler tout ce qu’on a pu voir là-bas. Sauf peut-être un incroyable hommage au magazine ELLE qui fête ses 70 ans – ou celui à la Tass Russia News Agency. Alors on regarde tout, on ajoute des choses, on en coupe d’autres, on inverse des photos, on change de musique. Tout ça pour pouvoir, en septembre, vous offrir le meilleur résultat possible.

On les aime, ces projections. Et on espère que vous aussi. Alors pour pimenter un peu les choses, nous annoncerons chaque jour de la semaine professionnelle certaines des projections de la soirée à venir. Comme ça, si jamais vous n’aviez pas encore décidé de venir à Visa Pour l’Image cette année, vous aurez – un peu – de temps pour changer d’avis.

Ne nous remerciez pas tout de suite !

It might come as a surprise, but Visa pour l’Image wasn’t built in a day. In fact, it wasn’t even built in a week. It took the better part of 27 years, and a lot of perseverance, for it to become a staple in the photojournalist’s diet.
And so, each year, from February to the very last afternoon of the professional week, the festival is never quite finished. Not only do the photographs need to be framed and strategically mounted on the walls, but also hundreds of captions, and dozens of texts need to be verified, corrected, translated and then placed next to the corresponding image. Not to mention, the laborious task of creating the screenings, which could be considered the most time consuming and strenuous task for staff members of Visa pour l’Image.
As you may know, six screenings show within the span of a week, and it features over a hundred reportages. To successfully execute a screening, Artslide, the team of directors, drafts and edits photo essays for almost a year. In addition to working on a countless numbers of pictures, they also need to choose the music wisely so that it can highlight the story, rather than smother it. Not to mention, the production of “Chronos” – a non-exhaustive news summary of events that occurred in the past year. You know, that part that opens every screening, and has cool/ epic music.
Consequently, Images Evidence’s team and Artslide are meeting all summer long to create these screenings. From July 31st, we met the three times in Burgundy, France. Even if we’d like to, we can’t reveal everything we saw that day – well, except maybe some awesome tributes to the women’s magazine ELLE that celebrate its 70th year anniversary. Or, the one to Tass Russia News Agency. Keep in mind, we add stuff, we cut some out, we switch a picture here or there, and we try to put together a program that is as diverse as possible. By watching all the stories ahead of time, and constantly critiquing them, we can give you, dear audience, the best results possible.
So, as you can tell, these screenings are kind of a big deal. And, because we would like to enhance the communication of our screening nights, some of the projections will be announced in advance, and introduced here, on this blog. That way, if by any chance you had the crazy idea of not to coming to Visa this year, you might have some time to change your mind.
Please, don’t thank us just yet!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Pingbacks & Trackbacks