Le Sacre d’Instagram

ENGLISH VERSION BELOW

Soyons honnêtes. Lors de l’apparition d’Instagram en 2010, une grande majorité du monde de la photo (et l’équipe de Visa pour l’Image en premier) s’était empressée de fustiger l’application rachetée par Facebook en 2012. « Si je photographie une poubelle avec Instagram, la photo est jolie mais je n’y suis pour rien, déclarait la même année notre directeur Jean-François Leroy. Instagram, c’est une paresse intellectuelle. »

Mais comme le veut l’adage, il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis. Maintenant, Jean-François Leroy (et Visa pour l’Image) ont un Instagram, un Twitter et un Facebook. Jean-François Leroy RT et Like comme tout le monde, et pourrait philosopher des heures sur l’usage du filtre Mayfair ou Amaro. Non pas qu’on en doutait, Jean-François Leroy n’est donc pas un abruti.

En route vers le World Press Photo ?
En route pour le Pulitzer ?

« J’ai changé d’avis, mais par contre, j’encourage Instagram à installer un filtre pour bannir les photos d’assiettes et de hublots d’avion, précise notre directeur. Mais c’est un excellent outil de communication. Et quand on suit les bonnes personnes, je pense notamment aux pages de Ed Kashi, David Guttenfelder, Ben Lowy, Gary Knight ou encore Pete Souza, Instagram devient intéressant photographiquement. »

 

Par contre, on laisse les photos de chats...
Par contre, on laisse les photos de chats…

Une opinion partagée par plusieurs hautes instances du photojournalisme. Si on peut citer comme exemple l’Instagram de James Estrin, rédacteur en chef de l’excellent Lens Blog du New York Times, n’oublions pas également que Getty Images décernera en septembre sa première bourse Instagram, la Getty Instagram Grants.

Un sujet sur lequel nous reviendrons lors de la semaine professionnelle de Visa pour l’Image.

 

 

 

Lets be honest. When Instagram was released in 2010, a large majority of the people in the photographic world (including our team), was very prone to criticize the application. In 2012, when Facebook bought out Instagram, our director Jean-François Leroy stated: “If I take a picture of a trash with Instagram, the picture will look nice. But I’ve no part in that result.”

As the saying goes : only dumb people don’t change their minds. Now, Jean-François Leroy has an Instagram account, a Twitter and a Facebook page. He “RT” and “Like” like the rest of us and could argue for hours on the use of the Amaro or Mayfair filter. Hopefully then, Jean-François Leroy is not dumb.

En route vers le World Press Photo ?
Maybe the next Pulitzer ?

“I changed my mind, but I really urge Instagram to ban every picture of plates full of food or plane windows. It is an excellent tool for communication. And when you’re following the right people, like Ed Kashi, David Guttenfelder, Ben Lowy, Gary Knight or Pete Souza …., Instagram can become really interesting for “real” photography.”

 

Par contre, on laisse les photos de chats...
But please, keep the cute kitten pictures…

A thought shared by many people. James Estrin, editor in chief of the New York Times’ Lens Blog, has a very prolific Instagram account. And this year, Getty Images is launching its first Getty Instagram Grants.

We’ll try to keep you updated on this… So stay tuned people.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s