To the screened photographers / A l’attention des photographes projetants

Last year, while we were chatting with Olivier Laurent about the screenings – and our will to highlight them more during the festival – he shared his thought about an issue he noticed. And we wanted to share them back with you.

« Before the festival this year, I only received four emails from photographers who have a screening to tell me : ‘Hi, my screening is that night, can we meet after to speak about it ?‘ Four emails ; but 110 stories are being showed during the professional week. That’s less than 1%. I find that really weird. I mean we tend to speak a lot about exhibitions, of course, but a screening is also a big deal. Everybody is here. Yesterday for instance, there was picture editors from all around the world : they are here to see your work. For three minutes, they will see nothing else. Every photographers should capitalize as much as they can. Some of them spend 1500€ to come to Perpignan in order to see their screening, and I see a part of them spending their days at Le Café de la Poste. Maybe they don’t know where to go but still. Or maybe that’s what they don’t realise : for a picture editor, the fact that a story was shown at the Campo Santo means that it has past a ‘pre-selection’. So we’re almost certain not to waste time if we decide to meet the photographer. It’s like when someone ask me if it’s worth it to be a part of an agency : that depends. If you use that opportunity to open doors that are usually difficult to open. If you do nothing, it’s useless. »

—Français—

L’année dernière, alors que nous nous entretenions avec Olivier Laurent au sujet des projections –  et de la volonté inébranlable de cet humble blog de mettre en lumière les photographes projetés -, le directeur photo de Time Lightbox a évoqué un problème qu’il nous paraissait important de partager avec vous.

« En amont du festival cette année, sur les 110 sujets projetés, je n’ai reçu que quatre emails de photographes me disant : ‘Mon sujet est projeté ce soir là, est-ce que nous pouvons nous voir après pour en parler.’ C’est 1% des photographes projetés. Je trouve ça assez bizarre. On a tendance à beaucoup parler des expositions, mais une projection c’est super important aussi. Tout le monde est là. Hier dans les gradins, il y avait des directeurs photos du monde entier qui pendant 3 minutes vont voir un sujet et rien d’autre. Tous les photographes devraient capitaliser à fond là-dessus. Certains dépensent 1500€ pour venir à Visa pour l’image voir leur projection : et j’en vois qui passent toute la journée au Café de la Poste, peut-être parce qu’ils ne savent pas où aller. Ce qu’il faut qu’ils se disent, c’est que pour un directeur photo, le fait qu’un sujet soit projeté signifie qu’il a déjà passé une sorte de pré-sélection : celle du festival. Donc on est sûr de ne pas perdre de temps. C’est comme quand on me demande si intégrer une agence est une bonne idée ou pas : ça dépend. Entrer dans les ‘Emerging Talents’ de Getty Images, c’est très bien si on se sert de ça pour ouvrir des portes qui sont parfois très difficiles à ouvrir. Sinon, ça ne sert pas à grand chose. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s